Mademoiselle – Rodolphe Burger, Sofiane Saidi, Mehdi Haddab

Sur les rives historiques du blues et du raï

Mademoiselle correspond très exactement à la définition d’un « Supergroupe » : les 3 personnalités qui le composent sont chacun soliste ou leader de différentes formations.
Si Sofiane Saidi, Rodolphe Burger et Mehdi Haddab ont décidé de former ce nouveau trio, c’est parce que leur rencontre d’un soir à la Dynamo était comme située à l’exacte intersection de leurs cheminements musicaux, sur les rives historiques du blues et du raï. L’évidence était criante : pour ces trois-là, qui bien sûr se connaissaient et avaient croisé le fer de nombreuses fois, il était grand temps de jouer en trio. Depuis, un album a été enregistré, et un nom trouvé : attention mesdames et messieurs, Mademoiselle est de sortie !

Rodolphe Burger voix, guitares, machines
Sofiane Saidi voix, machines
Mehdi Haddab oud électrique

Concert filmé à l’Espace Paul-Eluard (Stains) le 31 mars 2021, dans le cadre du 38ème festival Banlieues Bleues, 38 min,
réalisation . Stéphane Jourdain,
production. La Huit, Banlieues Bleues, vià93



vià93 -TVM
SFR –  Canal 467
Mademoiselle
samedi 08/01. 21h48. /. 00h14
dimanche 09/01 13H58 / 18h00. /. 20h25
jeudi 13/01. 20H58
vendredi 14/01. 20H00. 22h26
samedi 15/01 21h48 /. 00h14
dimanche 16/01 13H58 / 18h00. / 20h25
jeudi 20/01. 20H58
vendredi 21/01. 20H00 22h26

Le permis de louer contre l’habitat indigne

Après Pierrefitte en 2017, quatre nouvelles villes du territoire de Plaine Commune viennent de mettre en place le permis de louer. Ce dispositif, limité à certains secteurs, doit permettre de lutter contre les marchands de sommeil qui sévissent en Seine-Saint-Denis. Reportage de Cédric Dandeville.

Six maires au tribunal pour le droit au logement

Ce jeudi 25 janvier, 6 maires de Seine-Saint-Denis (Bondy, Stains, La Courneuve, Saint-Denis, Villetaneuse et Aubervilliers) ont comparu devant le tribunal administratif de Montreuil. Comme dans d’autres d’autres villes franciliennes, ces élus avaient pris en avril dernier ce qu’ils appellent des arrêtés « anti-mises à la rue ». Objectif : proposer un nouveau toit à des familles expulsées de leur logement par le préfet du 93. Alors, ces arrêtés municipaux sont-ils vraiment conformes à la loi ou vont-ils êtres annulés ? On le saura les 7 et 8 février prochains. En attendant le jugement, les maires concernés assurent avoir la loi de leur côté. Interview d’Azzédine Taïbi, maire de Stains.