L’appel des Tiers lieux du Grand Paris à construire l’après Covid

Les tiers-lieux culturels du Grand Paris, unis et solidaires face à la crise sanitaire, ont lancé un appel pour construire ensemble la société d’après le 11 mai. Interview de Marie Floquet de Sinny &Ooko, Léa Morfoisse de La Lune Rousse & Ground Control et Vincent Prieur, président de l’association Curry Vavart.
Les tiers lieux de Seine-Saint-Denis signataires de l’appel : 
Le 6B (Saint-Denis), La Cité Fertile (Pantin), Ici Montreuil (Montreuil), Maison Montreau (Montreuil), La Marbrerie (Montreuil), Culturé (Pantin) La Fourmilière, Futé (Noisy-le Grand)

<div style=”position:relative;padding-bottom:57.25%;”><iframe style=”position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height:100%;” frameborder=”0″ allowfullscreen=”allowfullscreen” allow=”autoplay;fullscreen;geolocation” src=”https://player.myvideoplace.tv/?v=VIAG_PAD_200520″ ></iframe></div>

Ici l’appel lancé par les tiers-lieux culturels du Grand Paris :

 “Lieux de curiosité,  lieux hors normes, lieux ouverts, lieux écolos, lieux vivants, lieux alternatifs, lieux d’événements, lieux de création, lieux de culture et d’agriculture, lieux de partage, lieux à la mode, lieux d’accueil, lieux de résidence, lieux de résistance, lieux de construction, lieux de fêtes, lieux de travail, lieux de solidarité, lieux de convivialité, lieux de commerce, lieux d’échanges, lieux retapés, recyclés, réhabilités, lieux de rencontres, les tiers-lieux culturels partagent la foi, l’enthousiasme et l’énergie de changer le monde. 
Chacun porte un message environnemental, artistique, social et culturel.
Ce sont des associations, des coopératives, des collectifs d’artistes, des entreprises de l’économie environnementale sociale et solidaire et des acteurs privés.

Ils attirent et réunissent tous les jours des dizaines et des centaines de femmes et d’hommes qui viennent y travailler, y créer, expérimenter, ou qui viennent découvrir, échanger, rencontrer : actif.ve.s, inactif.ve.s, jeunes ou vieux, voisin.e.s, ami.e.s, entrepreneur.se.s, makers, militant.e.s, fêtard.e.s, artistes, artisan.e.s, jardinier.e.s,  agriculteur.trice.s, éducateur.trice.s, animateur.trice.s, cuisinier.e.s, sportif.ve.s, penseur.se.s, bénévoles, commerçant.e.s, inventeur.se.s, salarié.e.s du privé, agents de la fonction publique, indépendant.e.s, collectifs.

Aujourd’hui fermés pendant le confinement, ils restent debout et contribuent à la solidarité face à la crise, aux côtés des acteurs du champs sanitaire, social, éducatif, en mettant à disposition leurs ressources humaines et matérielles sur le territoire : distribuer des repas aux soignant.e.s ou aux plus fragiles, fabriquer des visières, des masques, soutenir les circuits courts et l’agriculture biologique, organiser des collectes solidaires de denrées, de matériel informatique, de blouses…

Comme beaucoup d’acteurs, les tiers-lieux subissent des pertes importantes à cause de la crise. Nombreux sont menacés de disparaître. Malgré le soutien des propriétaires fonciers, des collectivités, parfois de mécènes, leur économie repose principalement sur les services qu’ils proposent à des tarifs accessibles à tous : la mise à disposition d’espaces de travail et de ressources mutualisées, l’offre culturelle, la programmation événementielle, la restauration.

Pendant ce temps, dans la presse et sur la toile, on pense, on invente, on imagine“le monde d’après”.

Aussi singuliers que nous soyons, nous pensons qu’il est urgent et impératif de nous unir pour parler d’une seule voix :

LES TIERS-LIEUX SONT DÉJÀ LE MONDE D’APRÈS

Ils proposent localement des modes de vie respectueux de l’environnement, solidaires, durables, à l’échelle de leur quartier ou de leur ville.

Prenez le tiers-lieu le plus proche de chez vous, regardez ce qu’il fait quotidiennement pour contribuer à la recherche ou à la mise en oeuvre de solutions économiques et sociales à la crise environnementale et inégalitaire que nous vivons depuis 2008.

Les tiers-lieux culturels rassemblent déjà celles et ceux qui font la ville et que la société et les villes cloisonnent.

Ils sont déjà les lieux où l’on parle d’écologie en réunissant autant de novices que d’averti.e.s.
Ils sont déjà des lieux d’expérimentation de nouveaux modes de travailler et d’entreprendre.
Ils sont déjà des lieux de création et de diffusion culturelle alternative.
Ils sont déjà des lieux d’inclusion et de mixité sociale.
Ils sont déjà des lieux de résilience et d’engagement.

Avec vous toutes et tous, citoyen.ne.s, entreprises et collectivités, construisons localement la société d’après le 11 mai.

SIGNATAIRES :

Le 6B (Saint-Denis),
La Cité Fertile (Pantin),
Ici Montreuil (Montreuil),
Maison Montreau (Montreuil),
La Marbrerie (Montreuil),
Culturé (Pantin)
La Fourmilière, Futé (Noisy-le Grand)

Les Cinq Toits (Paris 16),
La Clef Revival (Paris 6),
La Constellation (Paris 2),
Le Collectif Curry Vavart (Paris 18 – Paris 20),
Grands Voisins (Paris 14),
Ground Control (Paris 12),
Igor (Paris 18),
Maïf Social Club (Paris 3),
Maison Marceau (Paris 8),
La Mine (Arcueil),
La PADAF (Antony),
Le Pavillon des Canaux (Paris 19),
Le Onzième Lieu (Paris 11),
La REcyclerie (Paris 18),
La Station – Gare des Mines (Paris 18),
Vive les Groues (Nanterre 92).
Le Crapo (Vitry-sur-Seine)
La Curiosité (Paris 5)
Le Domaine de Longchamp (Fondation GoodPlanet, Paris 16)
Les Canaux (Paris 19)
Jardin 21 (Paris 19)
Villette Makerz (Paris 19)
Atelier des jardiniers (Montrouge)
Le Remix (Paris et Provins)

 

 

Léo Valentin, un gymnaste programmé pour 2024

Retenu dans le dispositif “Génération 2024” mis en place par le département de Seine-Saint-Denis, Léo Valentin est un espoir de la gymnastique tricolore en vue des Jeux Olympiques 2024 à Paris. Nous avons rencontré le sportif dans son club, le Noisy-le-Grand Gymnastique. Un portrait de Cédric Dandeville.

Une immense fanzone sous haute sécurité

Pour vivre l’ambiance de la coupe du monde de football, rassurez-vous : pas besoin d’aller en Russie. Une grande fanzone a ouvert ses portes en île-de-France. Elle se trouve à Noisy-le-grand. La ville de seine-Saint-Denis est d’ailleurs la seule de la région à proposer un tel dispositif aux supporters. Il faut dire que tout cela a un coût, notamment à cause des contraintes de sécurité. Reportage de Cédric Dandeville.

Kinball : un énorme ballon et un sport fair-play

Connaissez-vous le Kin-Ball ? Venu du Canada, ce sport méconnu se développe en France depuis son arrivée au début des années 2000. Nous nous sommes rendus à Noisy-le-Grand pour découvrir comment y jouer. Attention, l’énorme ballon pourrait bien vous surprendre.

Infos pratiques

93 Noisy-le-Grand

Noisy Kin-Ball

Gymnase Marcel Cerdan, Rue Jules Ferry, 93160 Noisy-le-Grand

liguekinballparisetidf.com

Horaires : le lundi de 20h30 à 22h30

Une nécropole du Moyen-Âge à Noisy-le-Grand

Comment vivaient les Franciliens il y a plus de 1000 ans ? C’est pour tenter de répondre à cette question que l’INRAP mène aujourd’hui des fouilles en Seine-Saint-Denis. L’institut national de recherches archéologiques préventives travaille sur l’un des plus grands sites funéraires français à Noisy-le-Grand. A partir des corps retrouvés, il sera possible de mieux comprendre le style de vie de nos lointains aïeux.