Doc : Graine de poilu

D’origine franco-allemande, l’artiste plasticienne Béatrice Turquand d’Auzay fait de la Grande Guerre la matière de ses œuvres. En 1916, son grand-père Wilhelm combat dans les troupes allemandes tandis qu’André, son grand-père français, meurt dans les tranchées de la Somme. Près d’un siècle plus tard, grâce à son travail et à la transmission de son art et de son histoire, l’artiste redonne corps et âme au soldat disparu.
Un film de Magali Magne
Avec Béatrice Turquand d’Auzay
Une coproduction A ProPos – TVM Est parisien
Avec la participation du Centre National du Cinéma et de l’image animée
Bande annonce :
AffichePoilu
A propos de  Béatrice Turquand d’Auzay
Le texte de Gérard Mordillat  écrit à l’occasion de l’exposition « Guerre -Krieg » qui a eu lieu à l’Abri-Mémoire d’Uffholtz en Alsace, du 3 janvier au 11 mars 2011.
“Il y a la guerre en dentelles et la der des der, il y a la guerre à outrance et guerre à la guerre et il y a 14-18 de Béatrice Turquand d’Auzay. Une grande guerre arrachée vive à l’histoire, tirée hors du temps par poignées de dessins, de sculptures comme s’il était possible d’en saisir les chairs meurtries, de plonger les mains dans la terre labourée de poudre et de feu, d’habiller de nos corps les uniformes abandonnés sur le champ de bataille. Le travail de Béatrice Turquand d’Auzay a ceci d’unique : il est en guerre. Son trait est en guerre, ses couleurs sont en guerre, ses figures sont en guerre. Sa peinture, sa sculpture, fouillent les combats, creusent les terrains, montent à l’assaut de la mémoire non pas pour en exhumer des vestiges ou des trophées mais pour y traquer la vie enfouie sous les décombres et les morts. Ainsi le portrait du grand-père de Béatrice Turquand d’Auzay, par glissements successifs, devient l’autoportrait du peintre, une jeune femme prend la place d’un jeune homme et ce sont les mêmes. Notre passé est devant nous, sous nos yeux et nul n’est en droit de détourner son regard”.  Gérard Mordillat,  janvier 2011.HORAIRES sur TVM et TELIF

Paris au beau “temps des équipages”

Il y a à peine plus d’un siècle Paris trépidait sous le sabot des chevaux.
Pas un Parisien qui ne fut obnubilé par le noble animal. Où le loger ? Où se procurer le fourrage et le grain nécessaires à son confort ? Comment améliorer sa race ? De quel matériau revêtir la chaussée, afin de ne pas perturber sa foulée ? Fallait-il en manger la viande ? Autant de questions qui agitaient les salons et les bistrots, les salles de délibérations et les cabinets ministériels. Le cheval, c’était la grande affaire du moment. Jamais on n’en compta autant qu’à la Belle Époque…

Bande annonce :

Un film documentaire écrit par Nicolas Chaudun
Réalisé par Yves Billon
Une production Zaradoc films, Histoire,  TVM Est parisien (c) 2015
Durée 52 minutes

Iphigénie, le choeur à l’ouvrage – Un documentaire avec les habitants de Montreuil

En 2010, la metteure en scène Natascha Rudolf propose à un groupe d’habitants de Montreuil (93) un expérience inédite : inventer ensemble un chœur contemporain s’intégrant dans une tragédie de Racine, Iphigénie, jouée par des comédiens professionnels.

Ce film raconte l’histoire de cette prise de parole.

« Les acteurs professionnels le disaient eux-mêmes : Des moments comme ça, quand est-ce qu’on en vit ? » Natascha Rudolf / Metteure en scène.

Bande annonce :

Iphigénie, le chœur à l’ouvrage
Durée 52 minutes 
Réalisation: Claude Clorennec
Scénario: Laurent Cibien et Claude Clorennec
Montage: Claude Clorennec
Musique: Tempo Libre (Jean-Marc Colet, Lisa Mimouni, Anne de Broca, Fabrice Augé
Mixage: Adam Wolny
Production: Matthieu Lamotte.
Co-production: aaa / LT9 / TVM Est Parisien
avec la participation du CNC et de la procirep et de l’angoa

Film produit et réalisé à Montreuil

Doc : Les 4 saisons de Marc Perrone

L’accordéoniste Marc Perrone distille sa passion de la musique dans un documentaire en forme de road-movie.   Une épopée sur 4 saisons sur  l’engagement d’un musicien et d’un homme hors pair.
Avec la participation de Arthur H, Michel Portal, Bernard Lubat, Marie-Odile Chantran, André Minvielle…
Une partie du tournage s’est déroulée à Montreuil , sur le site des Murs à Pêches et au parc des Beaumonts.

Un film  de Claude VAL
Produit par Entre2prises Cinaps et TVM Est parisien.
Durée : 58 minutes

EN JUIN  SUR TVM et TELIF
le mardi à 21h
le mercredi à 23h30